mardi 21 juillet 2009

Cyberclasses, toujours rien de neuf

Nous avons déjà longuement parlé de Cyberclasse.

Pour rappel, c'est tout simplement (si l'on ose dire) le remplacement des PC vieux de 10 ans dans les écoles de Wallonie. En effet, la Région bruxelloise et la Région flamande ont des PC récents, remplacés tous les 3 ou 4 ans.

Malheureusement, comme nous l'expliquions dans notre billet " Cyberclasses: comment perdre beaucoup de temps et d'argent. le réflexe socialiste est de considérer que le citoyen est beaucoup plus corrompu que les élus. Donc, au lieu de faire confiance aux directeurs d'école (vous savez, ceux qui refusent des élèves sous des prétextes fallacieux), on a mis en oeuvre un complexe appel d'offres.

Le résultat? Le projet Cyberclasse est voté en 2006, et dont le but était d'équiper les écoles au plus tard en ...2009 (ben oui, 3 ans, c'est à dire que les derniers PC installés sont déjà dépassés), est à peine en voie de démarrage. 15 écoles, les chançardes, sont équipées...

Le plus "marrant", c'est que dans la déclaration du gouvernement, il est affirmé que la lutte contre la fracture numérique était une priorité.

Ben voyons

Les as du Marketing à la STIB.

Les as du Marketing à la STIB.

La Stib nous offre un exemple de (mauvais) marketing.

Quelques astuces utilisées en Marketing, lorsque l'on doit promouvoir un mauvais produit..


1 Donner l'impression de neuf avec un vieux produit.

Cela fait des années que l'on promet des améliorations du réseau du métro. Après plus de 30 ans, cela devient en effet nécessaire.

Comme les budgets manquent (c'est ce que l'on dit quand on utilise des budgets à mauvais escient), à quelques semaines des élections (mais ça, ce n'est qu'un (heureux) hasard), la STIB réalise vite fait (pas très) bien fait, la liaison entre deux stations de métro existantes (gare de l'Ouest ). Cela fait des années que cette liaison est indiquée avec des pointillés sur tous les plans du réseau...

Ce n'est pas un grand changement.

Les spécialistes du Marketing de la STIB (ou des consultants externes?) trouvent la solution: « la STIB va faire bouger la ville ». On va chambouler les habitudes des utilisateurs pour bien leur montrer que tout change.

D'abord donner des numéros différents à la même ligne. Les lignes 1A et 1B reflétaient bien la réalité.

« Faisons deux lignes avec une seule » se disent les gourous. La ligne 2 s'arrête parfois à Simonis, et continue parfois jusqu'à Baudouin. Donnons leur deux numéros différents. Ce sera la ligne 2 et la ligne 6. Quel luxe; l'utilisateur a le choix, deux lignes plutôt qu'une. En fait, cela veut dire qu'un métro sur deux ne va pas jusqu'à Baudouin, mais soit...Ils auraient pu faire de même avec les métros qui retournent à Delta: Erasme Delta ligne 8, Baudouin Delta, ligne 9...

Faisons de même avec les trams. Coupons la ligne 23 en deux. Appelons 23 la première partie et 33 la deuxième partie. Pas un mètre de rails en plus, mais cela permet de créer quelques numéros de lignes en plus.

Plus subtil encore: appelons différemment les trams qui circulent jusqu'à 20 heures et les autres. Pour s'amuser encore plus, les « usagers » doivent se rendre sur un quai différent selon qu'il est 19.59 ou 20.01...

Encore plus fort: ajoutons une station par simple changement de nom. Nous aurons Simonis Elisabeth et Simonis Léopold II. En effet, plutôt que de réaliser la boucle parfaite, on la coupe de quelques mètres. L'utilisateur doit donc changer de métro pour effectuer un trajet de deux stations (cela donne sur le site de la STIB le conseil de trajet suivant« prenez la ligne 2 à Ribaucourt, direction Simonis descendez à Simonis rendez-vous à Simonis, prenez la ligne 2 ou 6 en direction de Simonis et descendez à Ossegem. Temps de trajet 6 minutes pour deux stations de métro...)


Peu de changements significatifs. Mais on va les faire sentir aux voyageurs: pendant 15 jours les métros qui partaient de Herman Debroux étaient annoncés comme allant à Béudouin jusqu'à la station Beekant. Là 4 ou 5 stewards venaient annoncer que pour Baudouin il fallait se rendre au quai n°2 (en fait le même quai mais de l'autre côté)

2 Utiliser la moyenne.

Plus de trams, moins d'attente. Tel est le slogan utilisé: une fréquence de 3 minutes en heures de pointe. Comme la STIB est incapable d'y parvenir, elle utilise un artifice: la moyenne. C'est vrai que quand vous attendez un tram 15 minutes, il y e an 5 qui arrivent l'un après l'autre: soit en moyenne un toutes les 3 minutes.

3 Jouer sur les mots

Pour les métros aussi, la STIB nous promet des fréquences inégalées: un métro toutes les 3 minutes. En fait, pour y arriver, la STIB fait attendre les métros de longues minutes aux stations. Il y bien 3 minutes entre le départ d'un métro et l'arrivée du suivant, même si en réalité c'est un métro toutes les 10 minutes.
De plus, comme trois lignes se disputent maintenant le tronçon Arts-Loi Gare de l'Ouest, la ligne 2 et 5 diminuent de fréquence pour faire de la place à la ligne


4 Gadgets inutiles


Les panneaux indicateurs remplissaient bien leur fonction. L'usager voyait clairement les métros qui arrivaient.
Pour faire « neuf » et « beau », tous ces panneaux ont été remplacés. Avant leur remplacement, les anciens panneaux étaient désactivés, et pendant plus de 10semaines les nouveaux panneaux ont été « en test ». Ils s'allument de manière aléatoire. En tout cas cela évite aux braves usagers de constater que la fréquence n'est pas respectée.


Dommage.

Bruxelles mérite bien mieux que cela. Un peu de réflexion, un peu de préparation, une meilleure étude des besoins...était-ce trop demander?

jeudi 16 juillet 2009

Daerden: mauvaise communication au PS

Au bureau du PS, ils s'étaient mis d'accord pour mettre Papa à la pension.

Mais Elio a mal compris, il a compris "Papa aux Pensions"

mercredi 15 juillet 2009

DPC de la CF

Amusant de lire la déclaration de programme pour la CF.

On se demande si quelque chose s'est passé lors de la dernière législature:

"étudier, analyser, chercher des solutions, mettre en place"

C'est vrai qu'à part le décret Mixité Loto..

Tiens et le départ à la pension à 58 ans, on n'en parle plus?

mercredi 8 juillet 2009

lundi 6 juillet 2009

Déclaration fiscale: les pièges

Je suis un privilégié:
1. J'ai fait des études
2. J'ai un PC
3. J'ai une connexion Internet
4. J'ai reçu un lecteur de carte d'identité
5. J'ai réussi à installé le programme de lecteur de cartes d'identité
6. J'ai réussi à paramétrer mon pare feu, Firefox pour qu'il accepte le certificat de Taxonweb

Si je dis que je suis un privilégié, c'est parce que même des personnes qui ont fait des études, ont un PC, etc. n'ont pas réussi à installé le programme de lecture de cartes..

J'ai donc pu remplir ma déclaration, 3 jours plus tard que la déclaration papier et avec un contrôle au fur et à mesure. Par exemple "vous n'avez pas entré votre état civil" ou "vous n'avez pas déclaré si vous aviez ou non un compte à l'étranger".

Mieux, grâce à un questionnaire assez bien fait, j'ai enfin compris où je devais introduire mes intérêts, amortissements pour mon prêt hypothécaire.

En plus, presque tout était pré-rempli. Que le RC de la maison que j'ai achetée il y a 3 ans ne s'y trouve pas encore, doit être normal...

J'ai aidé l'une ou l'autre personne à remplir le formulaire de Loto qui tenait lieu de déclaration.

Je me demande comment quelqu'un qui n'a pas son diplôme du supérieur peut s'y retrouver.

Une idée d'évaluation externe pour les 5ème secondaire l'an prochain?

Mais je voulais surtout attirer l'attention sur les pièges de cette déclaration. Comme il fallait recopier consciencieusement les codes, il fallait en effet faire attention de ne pas en oublier. Comme par exemple l'état civil. Comme par exemple le fait de posséder ou non un compte à l'étranger...

Et je suis donc curieux de connaître la position de l'administration fiscale en cas d'oubli de ces données "hautement importantes". la déclaration sera-t-elle considérée comme incomplète?

Une suggestion tout de même: pourquoi ne pas indiquer les codes que tout citoyen doit remplir sur la feuille d'encodage?

Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

Adolf Hitler "était efficace"

Adolf Hitler "était efficace", a estimé le patron de la Formule 1 Bernie Ecclestone dans une interview publiée samedi par le Times où il juge par ailleurs que la démocratie "n'a pas fait grand bien à beaucoup de pays".

Les mots exacts: he " praised Adolf Hitler for his ability to “get things done”."

C'est vrai que Bernie a eu l'art to "get things done" en Belgique, moins au Canada...

Je crois que la seule différence est qu'au canada ils connaissent l'anglais.

D'autres diront qu'au Canada ils sont compétents.

C'est peut-être vrai au fond :-)

samedi 4 juillet 2009

Cyberclasses; désintérêt de la presse?

Sauf Datanews qui en fait une très bonne analyse.

Nous avions déjà évoqué ce dossier Cyberclasses.

Mais rien ne bouge vraiment: 15 écoles sur 3.300 sont équipées après 3 ans!

Comme une lettre à La Poste?

J'ai été comme beaucoup d'autres assez idiot pour payer une amende pour je ne sais plus quelle taxe alors que cette amende n'était pas due!

Pas grave (disent-ils), ces 50 € vont être remboursés.

Je reçois donc dans mon courrier une assignation postale de 50 € "à percevoir exclusivement en liquide au bureau de poste"

Au bureau de poste: 15 personnes devant moi. Je prends mon ticket et compte courageusement le nombre de guichets ouverts: deux. C'est vrai que c'est le temps de midi et que l'on fonctionne à horaire réduit. Je n'avais qu'à venir à 10 heures: à cette heure-là il n'y a personne et les 4 guichets sont ouverts. Georoute ne prévoit pas encore d'adapter le nombre de guichets au nombre de clients...

J'entends alors le client du premier guichet tenter (je dis bien tenter) de faire comprendre à la préposée de la Poste ce qu'est une "association momentanée". Il mettra 25 minutes pour obtenir gain de cause (un recommandé?). Ce qui veut dire que seul un des deux guichets fonctionnait.

Voilà mon tour. J'ai pris quelques commandes de personnes qui venaient acheter un timbre ou un Postpack. Et qui n'avaient pas compris que chez le libraire ou à la grande surface route proche, il y a plus de personnes à l'heure du midi qu'aux heures creuses.

Le brave préposé encode alors consciencieusement le numéro de compte de l'assignation, la référence de celle-ci, le numéro de ma carte d'identité (ils n'ont pas de lecteur de cartes?), et ensuite présente l'assignation dans la machine qui lit optiquement les numéros qu'il a encodés avec peine. (pourquoi doit-il les encoder).

Ma joie de recevoir enfin mes 50 € est de courte durée. le préposé me regarde avec un air dépité: "les services bancaires ne sont pas actifs" me lit-il. Vous devez revenir...

Alors, je me pose des questions. L'administration connaissait mon compte puisque j'ai payé cette amende par compte. Pourquoi ne pas transférer ce montant sur mon compte plutôt que d'imprimer une assignation postale, la mettre sous enveloppe, la faire délivrer par le facteur, me faire déplacer jusqu'au bureau de poste, faire encoder tous les numéros pas le préposé, qui ensuite renverra l'assignation, qui sera vérifiée (et peut-être ma signature aussi?).

Je ne vois que quelques explications: préserver l'emploi au SPF Finances, à la Poste. ou alors, gagner quelques jours d'intérêt (on sait bien que les travailleurs mettent quelques jours pour trouver l'heure nécessaire pour faire la file au bureau de poste). ou encore le fait qu'il y aura bien quelques personnes pour perdre cette assignation...

C'est vrai que si un service public devenait efficace, on se demaderait si le monde tourne encore rond!

La politique comme un moyen d’obtenir un service

"PS et CDH jouent avec des électeurs qui ne voient la politique que comme un moyen d’obtenir un service ou un passe-droit : " Je vais demander à mon bourgmestre ou à mon échevin ceci ou cela ." Secundo, les allocations de chômage. Dans des communes populaires comme Saint-Josse, Schaerbeek ou Molenbeek, des candidats PS et CDH ont sillonné les rues en disant que la droite allait supprimer le chômage. Or, tout le monde est affecté par le chômage dans ces quartiers..."

Analyse dans Lalibre


Voir aussi la réaction du sieur happart (et je vous assure ce n'est pas un trucage, même si je l'ai cru au début)

vendredi 3 juillet 2009

Le Grand Barnum: Les travailleurs âgés de plus de 55 ans

Le Grand Barnum: Les travailleurs âgés de plus de 55 ans

Allongement des durées des études, allongement de l'espérance de vie:

25 ans d'études, 25 ans de pension, donc 50 ans d'inactivité pour 45 ans (si tout va bien) d'activité.....

On n'est pas sorti de l'auberge!

mercredi 1 juillet 2009

87,6 % des élèves ont réussi le CEB? Mais le ministre Dupont doit suivre un cours de stats.

Update 22 jullet: le billet CEB : résultats catastrophiques…mais présentés comme excellents. sue le blog economiques.eu


"87,6 % des élèves ont réussi l'examen commun à tous les élèves de 6e primaire"

Et le ministre Dupont d'ajouter "On a des raisons d'être contents" (RTL Info)

Contents parce que près de 6.000 élèves n'ont pas réussi ce test?

Un élève sur 8 rate le test de fin de primaire et le ministre est content.
Vraiment je ne comprends pas.
Sauf quand je me rappelle que le ministre fait partie du PS qui est content qu'en Wallonie, "seulement un travailleur sur cinq" soit au chômage, fiers qu'ils sont au PS "du bon travail accompli en Wallonie"

Le ministre devrait aussi se poser plus de questions et ne pas regarder que le pourcentage de ceux qui ont "réussi" ce CEB. Car le but était tout de même d'évaluer le niveau de l'enseignement primaire, vu le nombre d'échecs en secondaire. Combien d'élèves ont "bien" réussi, à savoir plus de 75%, minimum acceptable quand on sait que ce CEB évaluait "les savoirs de base"? Combien d'élèves réussiront en 1ère?

Autre perle de notre ministre "Le niveau global de notre enseignement est homogène car 87 % des élèves réussissent". C'est comme dire les revenus en Belgique sont homogènes puisque 85% des Belges vivent au-dessus du taux de pauvreté. Monsieur le ministre, l'homogénéité ne se détermine pas par le nombre de personnes qui sont au-dessus d'un certain seuil, mais par les écarts entre les premiers et les derniers. Quels sont donc ces écarts?

Même après les élections, certains continuent à dire n'importe quoi. Avec comme résultat que 32,77 % (score du PS en Wallonie) des citoyens croiront cette information fantaisiste.

Mais c'est vrai qu'avec 32,77%, on ne peut pas dire que le niveau global de l'électeur wallon soit homogène!