mercredi 31 décembre 2008

Fréquences radios: quand on veut on peut..

Nous avions relaté la saga de l'attribution des fréquences FM et la manière dont BFM avait été écarté de manière tout de même étonnante pour un observateur extérieur.

Lessines Inter a (aussi) souffert de cette attribution de fréquences. Comme nous l'apprend La libre, "La ministre de la Culture de la Communauté française, Fadila Laanan, va lancer un appel d'offres au printemps 2009 pour une nouvelle fréquence radio"

La suite vaut son pesant d'or:


"Suite aux deux appels précédents, aux recours et à la décision du Conseil d'Etat et à la mise en oeuvre pratique des autorisations, il apparaît que des besoins n'ont pas été satisfaits", indique la ministre. "C'est pourquoi j'ai invité le service technique des fréquences du ministère à entamer une recherche de fréquence."

Suite à cela, une fréquence a pu être détectée et un appel d'offres restreint pourra être lancé au printemps 2009"

Donc si je comprends bien, les fréquences radio jouent à cache cache et il faut lancer des recherches pour les trouver.

Grand bien fasse à Lessines Inter.

La ministre ne pourrait-elle pas lancer une recherche aussi pour une radio dont la nécessité est plus grande encore en ces temps de crise financière? Car il faut bien reconnaître que les infos des différentes radios et TV sont plutôt généralistes. Ce n'est pas un reproche: une information structurée et recherchée est nécessaire.

BFM le faisait.

BFM le fera?

Le paiement des profs en décembre

Les professeurs ont été payés en décembre!!!!!


Ca c'est la nouvelle extraordinaire. Le salaire de décembre payé en décembre.

Mais, les socialistes voulaient faire cela depuis longtemps, oui, oui. D'ailleurs il suffit de lire la circulaire

"A plusieurs reprises sous cette législature, le Gouvernement de la Communauté française a interpellé en vain le Ministre des Finances pour qu’il apporte les modifications dérogatoires aux dispositions fiscales, nécessaires afin d’empêcher que les agents subissent les effets négatifs ainsi décrits."

Bon, c'est tout de même une situation qui date de 1984...

Plusieurs choses:

1. En 1984, ce "système" avait été établi pour la raison très simple que l'Etat a une comptabilité un peu spéciale: entrée sortie et pas de comptabilité en partie double. Donc on ne regarde que les entrées et les sorties.
Donc, en payant le premier jour ouvrable de 1985, le budget de 1984 a été équilibré. Bien sûr cela ne fonctionne qu'une seule fois, mais cela fonctionne.

2. Pour revenir à une situation "normale", il y avait deux problèmes:

2.1. Il faut avoir l'argent pour le faire. Je ne suis pas sûr que la CF l'avait. mais soit.

2.2. La conséquence fiscale. Cela signifie donc que cette année, les enseignants sont payés 13 fois. Le 13ème mois (non pas un mois supplémentaire, comme le libellé le laisse entendre), est donc taxé au taux marginal supérieur (45% au lieu de 40 % ou 50% au lieu de 45%). Cela signifie donc que les enseignants auraient payé 5 % d'impôts en plus simplement parce qu'ils sont payés 3 jours plus tôt.

3. Ce mois sera donc payé sous forme "d'arriéré" et donc taxé au taux moyen de l'année précédente. là c'est l'inverse, les profs y gagnent. Au lieu de payer le taux marginal (par exemple 40%), ils payeront le taux moyen (par exemple 30%).

4. Etait-ce si important?

4.1. A en croire certains forums, oui. Recevoir son salaire le 4 ou le 5 janvier plutôt que le 31 décembre était une catastrophe pour certains. Même si un 13ème mois, en fait une prime de fin d'année correspondant à moins qu'un mois, avait été versé vers le 24 décembre.

4.2. A en croire d'autres forums, ce n'était pas le cas. car il semble qu'il y ait des enseignants qui arrivent à avoir encore quelques euros en fin de mois, ou qui peuvent retrder leur épargne de 3 jours.

4.3. A en croire le ministre Dupont, c'était primordial.
4.3.1. Plus important que le décret mixité.
4.3.2. Plus important que le problème de la violence dans les écoles
4.3.3. Plus important que le problème des locaux insuffisants ou vétustes
4.3.4. Plus important que la qualité de l'enseignement.

4.4. Mais cela va dans le sens de l'augmentation du pouvoir d'achat (sic)
Si je comprends bien, pour augmenter le pouvoir d'achat de tous les Belges, il suffirait de payer les salaires deux jours plus tôt.

"M. Dupont se réjouit de cette mesure qui, parmi d’autres, améliore le pouvoir d’achat des enseignants à une période de l’année particulièrement difficile"

5. Pourquoi cette année?

Certainement pas grâce à la crise financière.
Je serais d'ailleurs une trèèèèès mauvaise langue que de supposer que les élections en juin prochain ont jouer un rôle, si petit soit-il :-)

6. Pourquoi le taux moyen?
Bien sûr, le taux marginal ne se justifiait pas. Mais qualifier ce salaire "d'arriéré" est une astuce qui me dérange.
Dans le passé, ce salaire n'était-il pas considéré comme "arriéré", puisque payé l'année suivante? Si oui, dans ce cas, les enseignants gagnaient chaque année 10 à 15 % sur leur mois de décembre..


Au fond si le budget de la CF permettait de payer 13 mois cette année-ci, pourquoi ne pas vraiment payer une prime aux profs?

mardi 30 décembre 2008

Herman van Rompuy, Premier?

Tout d'abord, que l'on me comprenne bien: le plus important est de sortir très rapidement de cette crise. Donc Herman Van Rompuy, pourquoi pas?

Mais il est tout de même affligeant de voir comment la politique se fait chez nous!

On a justifié Leterme parce qu'il avait eu 800.000 voix. On a justifié le CD&V parce qu'il était avec la NVA le premier parti.

Qui est le premier parti aujourd'hui? Le MR!

Logiquement (mais y a-t-il une logique en politique?), c'est au MR que la place du Premier aurait dû revenir.

Au lieu de cela, on se lance dans des bagarres dans laquelle personne ne sort gagnant:

1. Pas Reynders. Le PS n'en veut pas. La peur que cela profite au MR l'emporte sur le fait que cela aurait profité aux francophones.

2. Pas Verhostad: un VLD, non mais. Le CD&V ne peut pas prendre le risque que ce soit un VLD qui résolve la crise.

3. Pas Dehaene: il est trop dangereux, il pourrait arriver à une solution. Donc, le VLD n'en veut pas.

Bon, il faut un CD&V, pas trop fort pour qu'il ne résolve pas les problèmes sur lesquels Leterme s'est cassé les dents.

Herman Van Rompuy avait ce profil.

Mais ce n'est pas fini: la place du Président de la Chambre devient libre. Comme le VLD a "fait une fleur" au CD&V, il faut qu'on leur renvoie l'ascenseur.

On prend alors Patrick De Wael (pas encore confirmé) comme président de la Chambre. Zut, il était ministre de l'Intérieur. Il faut trouver un remplaçant. Ben, si on prenait ...comment il s'appelle encore, ah oui: Guido De Padt. VLD aussi.

Maintenant il faut recompter tous les points. Un Premier cela vaut combien de points? Le président de la Chambre? Combien.

Tiens au fond, le MR a négocié quoi?

Et le PS? Les Flamands lui doivent une fière chandelle pour Didier Reynders. Suis curieux de voir!

Malgré la baisse des taux, la croissance de M1 et de M3 ralentit

Nouvelle preuve, si nécessaire, que l'outil du taux d'intérêt de la BCE est loin d'être suffisant.

En effet, en novembre, la croissance tant de M1 que de M3 a ralenti.

Une perle d'un (futur) prof

C'est pas charitable de ma part, mais soit.

Je ne citerai pas le site d'où vient cette perle:

"je dois donner une leçon sur la variation des stocks mais on m'a dit de ne pas confondre avec valorisation des stocks. Est-ce que quelqu'un pourrait m'expliquer la différence entre ces 2 notions?"

RIP Christian Dupont

Le Grand Barnum nous rappelle que la saga du décret mixité n'est pas terminée.

Le Grand Barnum: RIP Christian Dupont

Sur le site du Pan, toutes les techniques de manipulation sont présentes.

Grâce au concours malveillant de bourges cathos qui ont le temps et l’argent de veiller à l’homogénéité sociale dans laquelle fifille et gamin évolueront – faudrait quand même pas qu’un bronzé balade ses microbes dans leur classe !

Bien sûr si on écrit Catho, Catteau, cela devient un (tout petit) peu moins faux.
Cela voudrait dire aussi que seules les écoles catholiques ont des problèmes d'inscription? Que seules les écoles cathos sont considérées comme bonnes écoles?

Quand au "bronzé malade", il faudrait tout de même que l'auteur de l'article se promène dans les cours de ces écoles. Et il verra que la mixité "sociale" y existe bien.

d’élitisme que partage encore une part de la société – celle-là même qui demande davantage d’égalité quand il s’agit de renflouer ses pertes boursières

A mourir de rire. L'auteur a donc fait une étude statistique et a pu vérifié cette assertion. Tentative de ramener à lui quelques personnes qui sont convaincues que les actionnaires Fortis sont de vils spéculateurs. Ces personnes ne sont pas venues à l'AGE. Ils auraient vue la tête de ces "vils spéculateurs"

caractère intrinsèquement générateur d’inégalités de la multiplication des réseaux scolaires

C'est toujours bon de revenir sur le problème des réseaux.
Tiens au fond, pour voir le réseau qu'il faut supprimer, ne faudrait-il pas le faire de manière démocratique? Quelles sont les écoles qui ont le plus de suffrages, les écoles avec le plus de files?

atténuer la ségrégation sociale sur les bancs de l’école : la carte scolaire ou notre bon vieux tirage au sort (avorté à cause de la furie des… cathos)

Bon de nouveau cette attaque des cathos. L'auteur doit avoir un problème personnel, mais bon.

La carte scolaire? On a vu en France. Et en plus c'est absurde: les quartiers ne sont pas (très) mixtes. La carte scolaire va augmenter la ségrégation.

Le tirage au sort? On a vu.

fusion des réseaux et vous gagnez d’office 15 places au prochain PISA

Mais ce n'est pas le but du décret mixité.
Le but du décret mixité est de diminuer l'écart entre les meilleurs et les moins bons au test Pisa. Quitte à perdre quelques places!
Et ce sont des partisans acharnés du décret qui l'affirment (Aped)

Le choix est en effet très simple:

1. Accepter que certaines écoles forment différemment que d'autres: certaines mettent en avant le travail, d'autres la créativité, d'autres le sens critique. C'est sain et cela permet à chaue enfant de trouver ce dont il a besoin.

2. Améliorer le niveau de toutes les écoles.

3. Revaloriser les filières professionnelles et techniques.

mais cela, c'est un peu plus qu'un décret vite fait mal fait...: c'est du travail sur le terrain.

lundi 29 décembre 2008

Suisse: l'horloger qui veut convertir le temps à une nouvelle mesure

Un sujet un peu plus badin en ces temps de trêve...

Suisse: l'horloger qui veut convertir le temps à une nouvelle mesure, nous apprend le site d'Actu24.

Comme il a des difficultés de calcul mental, il trouve que convertir des minutes en heures est trop difficile.

Et donc il propose de diviser le temps en 10 divides. Je suppose que chaque divide est divisé en 10 centides.

Mais le quart d'une journée? C'est deux divides 5 centides. Soit. Ou encore 25 centides.

Swatch, un autre Suisse, tiens, avait déjà essayé de lancer un temps décimal. Sans succès.

dimanche 28 décembre 2008

mercredi 24 décembre 2008

Un dossier pénal lancé contre la juge Schurmans

Le Soir nous apprend qu'un dossier pénal est lancé contre la Juge qui est soupçonnée d'avoir renseigné son mari sur l'issue des délibérations de la Cour d'Appel.

Cette Juge avait elle déposé plainte contre ses collègues pour "harcèlement au travail" (sic). Cela parce que ses collègues étaient passés chez elle pour lui faire signer l'arrêt, alors qu'elle était "en congé maladie".

Intéressant de voir ce que cela donnera :-)

Les socialistes veulent offrir une alternative crédible et sérieuse, rendre l’espoir et la confiance aux citoyens.

Ben, c'est ce qui est écrit sur leur site en tout cas.

Pour ceux qui veulent rire un peu:
"«Cet incendie a été allumé par les pyromanes de la finances, les chantres du «laisser-faire» et cela a des répercussions désastreuses sur la vie des gens!», a réaffirmé Elio Di Rupo."

Le message est clair, c’est «non au capitalisme débridé et oui à l’économie de marché régulée»».dixit Elio.

Le capitalisme débridé, je ne comprends pas.

J'ai déjà signalé le lien sur la définition du capitalisme.

Pour "économie de marché régulée", je vais me pencher sur ce que cela veut dire. Cela me semble un oxymore à première vue, mais peut-être me trompé-je?

Elio a trouvé les responsables de la crise "La classe moyenne, les bas revenus sont touchés de plein fouet par la crise libérale que nous traversons."

Je dois reconnaître qu'à Cuba ils n'ont pas dû souffrir de Madoff.

Les petits jeux des politiques, y en a marre

Traduction libre de "

"Ondernemers zijn politieke spelletjes beu"

Faut dire qu'il n'y a pas que les entrepreneurs flamands.

Mais eux ils le disent!

lundi 8 décembre 2008

Fortis: "L'intérêt de la banque primait sur celui du client"

C'est ce que déclare un "top manager qui a mené une carrière fulgurante chez Fortis"?

Pas vraiment, c'est le ministre Tarabella qui l'affirme...


C'est dire tout le crédit (non bancaire) que l'on peut accorder à cette information. C'est vrai qu'il est temps de faire de la pub pour la future banque wallonne.

Pour ceux qui ne connaissent pas Monsieur Tarabella, c'est le ministre qui a finalisé le projets des PC dans les écoles (un budget de 85.000.000 € pour 40.000 postes, c'est dire), c'est aussi le ministre qui a proposé de remplacer les cours philosophiques par des cours ....de gym (c'était après les JO). Je ne cite pas les sources, sachant bien que la moitié des lecteurs ne me croiront pas tellement c'est énorme. Mais c'est vrai...

Monsieur Tarabella, nous savons bien que les politiques oeuvrent uniquement pour le bien de la population. Il suffit de voir les décrets actuels de la Région wallonne ou de la Communauté Française pour s'en convaincre.

Pauvre CF


Voir aussi Le Grand Barnum: Une banque wallonne ?

vendredi 5 décembre 2008

La Région wallone crée une banque

Le Trends en explique les détails.

C'est assez amusant de voir la Région se transformer en banquier.

Vont-ils faire mieux que les banquiers?

N'est-ce pas de la concurrence déloyale d'accorder des réductions d'impôts à ceux qui vont placer leur argent dans ce nouveau véhicule?

AG Fortis

On en a beaucoup parlé.

J'y étais :-)

Quelques réflexions:

1. On reproche au CA d'avoir pris des décisions "en croyant qu'ils savaient mieux que les actionnaires ce qui était bon pour eux".

Euh, ce n'est pas le rôle d'un CA élu par les actionnaires?

Et puis, les "associations de défense" des actionnaires sont-ils plus à même de savoir ce qu'il faut faire? J'en doute.

2. Les actionnaires ont-ils votés en connaissance de cause?

J'ai l'impression que les actionnaires ont cru voter la décharge aux administrateurs.
Je ne crois pas que les actionnaires ont compris qu'en refusant le Vicomte Davignon, ils "demandaient" à l'ancien CA de continuer encore un bon mois. Il aurait été plus rationnel de voter Davignon, quitte à convoquer illico une nouvelle AG.

vendredi 14 novembre 2008

Fortis et les millards de retraits

Une analyse de l'information selon laquelle Fortis a dû faire face à des milliards de retraits.

La vision libérale

Selon les hasards de la navigation;

"

La vision libérale

La pensée libérale présente les prélèvements obligatoires comme une sorte de dîme perçue en pure perte par l’État, comme si impôts et cotisations partaient dans un trou sans fond…

Or, le niveau des prélèvements obligatoires ne peut être jugé qu’au regard des « prestations » offertes en contrepartie.

La comparaison du niveau de vie d’une famille de la classe moyenne aux États-Unis et en France est à ce titre très significative: les prélèvements obligatoires que paie la première sont plus réduits mais, une fois payées les primes d’assurances, mis de côté l’argent qui permettra aux enfants d’aller à l’université, et autres dépenses laissées à la charge des ménages, le revenu disponible est souvent inférieur à celui de la famille française."


Lu ici: http://www.ecossimo.com/intervention/14118-niveaux-de-prelevement-obligatoire.html



Je préfère de loin la compraison du système libéral et du système socialiste lu sur economiques.eu

mercredi 12 novembre 2008

Les établissements de crédits au chevet des emprunteurs immobiliers

Un article de l'Echo m'a fait connaître le programme "Hope Now".

Ce programme vise à aider les débiteurs défaillants afin de leur éviter la saisie de leur maison.

Est-ce donc un nouveau programme? Loin de là: en février 2008, un article en parlait déjà.

Encore un peu de recherche et voilà que je trouve un communiqué de presse d'octobre 2007 annonçant la création de cette association.

Initiative publique... d'encourager des acteurs privés à se mettre ensemble pour offrir un service.

Etonnant (encore que ...) que l'on en parle si peu...

dimanche 9 novembre 2008

Decret Mixite: les listes des ecoles defavorisees sous le manteau

Les "fameuses" listes d'écoles "dites défavorisées", dont les élèves ont une certaine priorité pour les inscriptions circulent sous le manteau.

Il est clair que le manque de transparence est flagrant dans ce dossier.

De l'autre côté de la frontière (linguistique), la transparence est de mise: les rapports des inspecteurs dans les écoles sont publics!

Ils étaient parus dans le Standaard l'an passé. Depuis ils sont en ligne!

Une idée pour notre ministre Dupont?

samedi 8 novembre 2008

Leterme veut couler Fortis?

Entre autres dans l'Echo: "Pour Yves Leterme, si le tribunal déclare la vente illégale, "l'Etat retirera son apport financier et ce sera une bonne nouvelle pour le budget"

1. Je me demande pourquoi l'Etat ne supporterait pas Fortis alors qu'il l'a fait pour toutes les autres banques.

2. Que cherche-t-il? Moi je me dis que je vais illico retirer tout ce que j'ai chez Fortis. le risque devient trop grand. Jusqu'ici j'étais confiant, mais si l'Etat laisse tomber Fortis, j'ai peur pour mon argent.

Ou bien est-ce une déclaration sans réfléchir?

Mais alors, il n'a peut-être pas réfléchi non plus quand il a revendu aux Pays bas et offert à la BNP?

mercredi 5 novembre 2008

Le respect de la vie privée ...et l'orthographe du PS

Ok, ce n'est "que" le PS luxembourgeois (province du Lusembourg)


"En vue de la campagne (on vote le 7 juin), ils ont demandé à leurs affiliés de leur livrer (par fichier informatique Excel) « le maximum de numéros de GSM et/ou d'adresses e-mail parmi votre famille, vos amis, vos connaissances DOMICILIÉES EN PROVINCE DU LUXEMBOURG (dans le cadre de vos activités sportives, du travail, etc.). Tant le message que l'origine du message envoyés (sic) seront INTRASSABLES (sic). Vous pouvez dès lors nous communiquer les renseignements sollicités sans aucune crainte en n'hésitant pas à nous donner les coordonnées de personnes non-PS (il suffit d'éviter simplement les MR, CDH et Ecolos convaincus). »



Source: Le Soir

Les politiques décident pour nous: nous sommes trop débiles pour choisir

C'est la raison de l'interdiction de la vente conjointe.

C'est la raison de l'interdiction de la vente de GSM pour enfants.

Le principe: 1 GSM qui permet à l'enfant d'être appelé et ne lui permet que d'appeler deux ou trois numéros programmés.

Cela peut être utile.

Le "ministre qui sait mieux que les consommateurs débiles ce qui est bon pour eux" a décidé d'en interdire la vente.
Dont acte

mardi 4 novembre 2008

Le décret Mixité

Sur le site de l'Aped se trouve un appel à conserver ce fameux décret.

Suivent une liste d'arguments.

Comme il n'est pas possible de répondre sur ce site, je le fais ici:

1. « Le décret est une atteinte à la liberté de choix », entend-on dire souvent. C’est faux. Il donne au contraire à des familles moins prévoyantes ou jadis écartées pour divers motifs l’occasion de voir enfin concrétisée leur liberté de choix.

Ce n'est pas la réalité que je vis autour de moi. On a vu l'an passé ce que cela a donné.
Cette année-ci, ce sera encore pire: les parents auront tout le temps de multiplier les inscriptions, en tout cas les "parents prévoyants".

2. le tirage au sort garantit moins d’arbitraire que n’importe quel autre critère. Dans un pays aussi libéral que les Etats-Unis, le tirage au sort est d’ailleurs une procédure politique pleinement légitime. Dans certains districts, où le choix de l’école est possible, le tirage au sort y est utilisé avec le même objectif qu’ici.

C'est méconnaître la réalité sur le terrain. C'est même injurieux pour grand nombre d'écoles qui ont toujours tout fait pour aider les parents dans leur choix.

Il faudra évaluer les résultats dans deux ans. Des élèves ont été inscrits dans des écoles qui ne leur conviennent pas. Ils devront y rester deux ans. Avec tous les dégâts qui en découlent.

3. « Les enfants qui ne seront pas à leur place seront malheureux ». De quels enfants parlent ceux qui disent cela ? Des enfants issus de milieux protégés, obligés de fréquenter l’école de second choix (mais tout de même réputée) ? Des enfants moyennement doués que les familles (si imprudentes !) auront osé inscrire dans une école dite exigeante ? Ou des enfants socialement défavorisés que les familles (imprudentes elles aussi !) veulent propulser dans une école de « riches » ? Des trois enfants, ceux qui courent les plus grands risques sont les deux derniers. Leurs familles ne se plaignent pas du décret mixité. Les défenseurs du principe de liberté devraient être cohérents jusqu’au bout en laissant ces familles libres de choisir et, puisqu’ils sont soucieux du bien de l’enfant, en soutenant la direction de leur école quand celle-ci fait du soutien à ces élèves sa priorité

Puisque l'on appelle à la cohérence, soyons le! Les enfants "issus de milieux protégés", seront soutenus par leurs parents. Ils patienteront deux ans et iront dans l'école qui leur convient.
Les autres, moins soutenus, se décourageront. Et seront relégués dans des écoles "moins attirantes".

4. « La mesure n’accroîtra pas la mixité sociale. » Les promoteurs du décret savent qu’il ne pourra à lui seul supprimer la ségrégation sociale à l’école. Il y a en effet d’autres facteurs qui contribuent à ce que des enfants fragiles ne viennent pas frapper à la porte des écoles sélectives (ségrégation résidentielle, autosélection…). Cet aveu devrait plutôt rassurer les opposants au décret. Mais les concepteurs du décret témoignent aussi de prudence en ayant évité d’imposer un niveau élevé de mixité, car une équipe enseignante habituée à un type de public ne peut, du jour au lendemain, prendre en charge efficacement un autre public. Le décret introduira un peu plus de mixité. Et la modération est plutôt, ici, gage de réussite.

C'est un aveu. Surtout "une équipe enseignante habituée à un type de public ne peut, du jour au lendemain, prendre en charge efficacement un autre public". C'est donc bien reconnaître que ce décret ne changera rien, bien au contraire.
Une démarche intelligente aurait été de d'abord mettre en place les outils qui auraient permis de mieux accueillir les enfants plus faibles, et ensuite seulement imposer une mixité dite sociale.

5. « Le décret va faire baisser le niveau des bonnes écoles. » Ceux qui affirment cela pensent dès lors – en partie à raison – que les performances scolaires d’une école dépendent davantage de son public que de son corps professoral. Ce qu’ils redoutent donc, c’est que la présence d’élèves moins doués compromette les performances des élèves doués. A cela, plusieurs réponses : 1. Le Parlement, unanime, a défini comme objectif du 1er degré l’atteinte des socles de compétence pour tous et non l’excellence pour quelques-uns. 2. Le décret mixité ne va pas modifier radicalement la composition des publics. 3. L’hétérogénéisation des acquis tend à profiter aux plus faibles sans handicaper les plus forts. Un bémol tout de même : les équipes enseignantes doivent être équipées pour pouvoir développer une pédagogie adaptée. Les moyens attribués au 1er degré ont d’ores et déjà été renforcés. Il est impératif que suive le soutien qualitatif aux équipes.

Deuxième aveu et de taille.
Le choix est donc clair, on veut diminuer les différences entre les "meilleurs" et "les moins bons".
Le choix inverse aurait été de "rendre tous les élèves meilleurs". C'est un peu comme si on avait forcé Justine Henin à faire du tennis de table et Jean-Michel Saive du tennis. La différence de niveau entre les deux aurait diminué, mais le "niveau moyen" aussi.

C'est le débat principal.

Voulons-nous élever le niveau ou bien simplement uniformiser le niveau.

C'est honteux pour les élèves qui ont certaines qualités.

Il aurait été plus intelligent de parfaire l'orientation des élèves. Et d'avoir comme principe de rendre excellent chaque enfant, que ce soit dans des études intellectuelles ou manuelles.

6.« Commençons par faire en sorte que toutes les écoles soient de qualité. » Assurément, il faut accompagner les écoles dont les résultats sont moins bons. Mais rappelons que ces faibles performances sont surtout associées aux caractéristiques du public scolarisé. Il faut mener de front les deux actions. Après tout, depuis le temps que les discriminations positives existent, ces écoles ont rarement pu quitter la « queue de peloton » car elles cumulent les handicaps. En ne misant que sur le soutien aux écoles moins performantes, on attendra dès lors encore longtemps que toutes les écoles soient également performantes.

Discrimination positive? Mais qu'a-t-on vraiment fait pour ces écoles, sinon envoyer plus d'argent, plus de profs?

C'est de nouveau l'enjeu principal; comment améliorer le niveau de ces écoles.
certaines se battent chaque jour pour rendre leurs écoles meilleures. mais comme ces écoles ne tombent pas dans le vocable "D+", elles n'ont pas plus de moyens.

Je lis sur le site "enseignons.be" "Le ministre s’est engagé à venir en aide à ces écoles en difficulté.1 Avant la fin de l’année, il proposera un décret allant dans ce sens. Pour ce faire, il a rencontré ces dernières semaines toutes les directions des écoles en discrimination positive."

Je soutiens à 100% cette inititive du ministre. car le problème est là, et pas ailleurs.

7.« Le système insécurise les familles. » Durant un temps seulement. Le 15 décembre au plus tard, toute famille ayant sollicité une inscription saura si son enfant est ou non accepté. L’insécurité se niche dans la phase précédente, quand la famille ne veut pas prendre le risque de miser toutes ses chances sur une seule école. Cela explique le recours aux multiples inscriptions.

Le 15 décembre, les familles sauront qu'elles sont sur des listes d'attente. Elles attendront le plus tard possible pour choisir.

8. « Le système insécurise les écoles. » Les écoles, en raison des multiples inscriptions et de l’absence d’un système crédible pour gérer ce problème, ne connaîtront leur effectif réel qu’à la rentrée. En effet, nombre de familles ayant obtenu plusieurs places ne signaleront pas nécessairement à l’école de leur second choix que leur place est désormais vacante. Quand cette école, à la rentrée, s’en rendra compte, elle pourra puiser dans sa liste d’attente, retirant ainsi peutêtre un élève d’une autre école. Et ainsi de suite. Ce phénomène n’est pas vraiment neuf, mais il risque d’être amplifié à cause du fort sentiment d’insécurité des familles. C’est le vrai talon d’Achille du décret. C’est pourquoi nous pensons qu’il ne faut pas attendre la rentrée de septembre pour gérer ce problème, ni laisser les écoles se débrouiller seules. Avant les élections régionales, il faut que chaque enfant soit inscrit dans une et une seule école.

C'est de nouveau méconnaître la réalité du terrain. La procédure est lourde: quand une place se libère, il faut prévenir les parents du premier sur la liste d'attente. Ensuite attendre 3 jours. En l'absence de réponse, on recommence. Et on arrive au 30/9 avec parfois encore quelques places de libres.

Et ne parlons pas du pédagogique: un élève commence début septmbre dans une école et change d'école pendant le mois de septembre!

Rappelons quelques liens:

Le site "eleves"
L'absurdité de la définition "enfant défavorisé"
La circulaire expliquant le fonctionnement du décret mixité
Christian Dupont qui déclare vouloir l'excellence pour tous, donc le contraire de ce qui est écrit ici.
Pourquoi ne pas simplement augmenter la qualité?
Cours particuliers, la norme?
Les réactions dans le Forum du Soir
La liste des "écoles défavorisées" est secrète (cela s'appelle la transparence)


lundi 3 novembre 2008

Le fonds souverain du Qatar dans Suez Environnement

Il y a d'abord eu Braclays, maintenant c'est au tour de Suez Environnement.


Qui sera le prochain?


Il y avait déjà un Chinois dans Fortis. Est-ce par crainte qu'il augmente sa participation que l'on a offert Fortis à BNP?

Bien que Ping An ait les moyens d'acheter Fortis ;-)

Fortis: plainte pour délit d'initié contre De Gucht, selon Humo

Update: démenti catégorique de Monsieur De Gucht


Selon Humo, et donc avec toutes les réserves d'usage...


Les réponses de Monsieur De Gucht (repris du site de Humo)

Eén: 'Ik heb géén aandelen van Fortis verkocht, zoals ik trouwens vorige week al klaar en duidelijk heb verklaard.'


OK.

Twee: 'Het bedrijf waar ik als privépersoon in participeer heeft evenmin aandelen van Fortis verkocht.'

Bon, si c'est comme personne privée, on ne peut rien lui reprocher? C'est clair que comme personne privée, il oublie ce qu'il fait comme personne publique!


Drie: 'Een familielid van ons heeft blijkbaar wel aandelen verkocht, maar daar wist ik uiteraard op dat moment niets van.'


"Uiteraard": vous pensez bien qu'on ne va pas me demander mon avis pour vendre quelques actions de Fortis. Surtout à un moment où tout le monde était suspendu aux nouvelles.

Vier: 'Mijn vrouw en haar broer beheren samen een pakket Fortis-aandelen dat eigendom is van hun moeder. Daarvan zijn er inderdaad aandelen verkocht, maar ook met die beslissing heb ik niets te maken.'

Déjà que ma famille ne me demande pas conseil pour Fortis, vous pensez bien que ma femme et mon beau-frère ne vont pas me demander conseil. C'est un détail tellement minime, que ma femme ne m'a même pas dit un mot à ce sujet. Tout comme quand elle va acheter un pain.


Vijf: 'De andere namen die in de anonieme klacht worden genoemd zijn geen vrienden en met hun eventuele transacties heb ik evenmin iets te maken. Iedereen die in Berlare en omstreken woont kan heel makkelijk als een zogenaamde kennis van De Gucht worden omschreven. Dat slaat nergens op.'

Moi, je ne connais personne de mon village. Ils ne me connaissent pas non plus. ils ne savent pas que je suis ministre.

Zes: 'Ik vind het ongehoord dat ik door journalisten word lastiggevallen met allerlei fantastische beweringen van een anonieme bron en dat ik bovendien gedwongen word om vragen te beantwoorden alsof ik voor een onderzoeksrechter moet verschijnen. Beseft u wel wat u aanricht?'

Posez moi des questions qui peuvent me rapporter des voix. mais surtout pas des questions embarrassantes. Votre métier de journaliste, c'est cela: uniquement les questions que je veux, pas les autres.


Je répète qu'il est possible que ces infos soient des intoxs.

Je trouve tout de même les réponses de Monsieur De Gucht un peu faibles.

Seule la justice pourra déterminer s'il y a eu délit d'initié...

Petite remarque tout de même: Humo parle d'un cours moyen comptable de 20 €. Selon Boursorama, le cours a varié entre 5.73 et 5.25. Le jour de bourse suivant? Le 14 octobre, l'action valait 1.22 €

Les gens de la famille et les voisins (que le ministre ne connaît pas) ont été bien inspirés...

Les banques se sauvent elles-mêmes. Fortis? Dexia?

HBOS est une banque écossaise (Halifax Bank of Scotland).

"Le groupe bancaire britannique Lloyds TSB a officiellement lancé son offre sur la banque HBOS (Halifax Bank of Scotland) lundi en envoyant à ses actionnaires une circulaire qui en précise les détails et en amorçant une augmentation de capital de 4,5 milliards de livres, à compléter par le gouvernement à hauteur d'un milliard de livres." (AFP)

Barclays avait déjà trouvé une solution pour éviter que le gouvernement n'entre dans son capital.

Soyons complet: dans l'opération Lloyds/HBOS, l'Etat britannique joue un rôle non négligeable, d'une part en garantissant l'augmentation de capital de 4.5 milliards (c'est à dire ce que les actionnaires n'apporteront pas comme capital sera souscrit par l'Etat), et d'autre part en souscrivant pour 1 milliard de livres d'actions privilégiées.

Belle opportunité pour le marché de montrer qu'il est assez grand pour se sauver lui-même.

Et dire que pour Fortis, les actionnaires n'ont pas été consultés. Même le CA a été mis devant le fait accompli...

dimanche 2 novembre 2008

Les sondages Obama, Mc Cain

Je découvre sur le blog du Grand Barnum, les résultats de sondages "en temps réel" de Mc Cain et d'Obama.

Je me pose alors la question:

Comment se fait-il qu'en lisant la presse, j'aie toujours eu l'impression que le choix était fait?

C'est vrai que le système électoral étatsunien est assez spécifique.

Rappelons tout de même que

Obama 51 Mc cain 46 signifie en fait: Obama entre 48 et 54 et Mc Cain entre 43 et 49.

Lors des élections françaises, le score de Le Pen était "dans son intervalle de confiance". ceux qui ont été surpris étaient tout sauf des statisticiens.

Que dire du sondage de Gallup alors?

Obama entre 46 et 52 %, Mc Cain entre 43 et 49 %

Rien n'est donc joué.

De plus le risue à répéter tout le temps qu'Obama va gagner risque de mobiliser les électeurs de Mc Cain et de démobiliser ceux d'Obama...

La BCE va baisser son taux

Selon l'Echo, c'est presque une certitude.


Le plus piquant c'est la longue justification:

La BCE veut absolument donner l'impression que seule l'inflation la préoccupe.

Deux réflexions:

1. L'accélération et la décélération de l'inflation ne semblent pas avoir été une conséquence des modifications des taux d'intérêt. En effet, si la BCE baisse ses taux, mais que le marché bancaire ne suit pas (dans leurs prêts interbancaire et dans les prêts accordés aux autres agents économiques), cela ne sert à rien. De plus, l'inflation était due à des éléments externes, principalement le pétrole et les matières premières.

2. Un effet de bord de la hausse du taux d'intérêt est le ralentissement économique. La BCE porte encore le traumatisme de l'hyper inflation.

Il serait donc peut-être temps de revoir les objectifs de la BCE. Accepter un taux d'inflation de 5 ou 6 %, afin de conserver l'emploi, ne nous semble pas une hérésie.


Voir aussi les autres billets sur la politique et les objectifs de la BCE

samedi 1 novembre 2008

Barclays cède un tiers de son capital au Golfe pour éviter le gouvernement

Cela commence.

D'abord les fonds souverains du Golfe
, puis les Chinois (ils ont un excédent de 1.500 milliards de dollars)

Ce sera peutêtre cela la conséquence principale de la crise?

Quelques perles

Sur le site vidéo de rtl (ils feraient bien de rediriger automatiquement du site rtl à l'infini), une interview de Bruno Colmant, CEO d'Euronext.

"Euronext est la seule société qui a bien fonctionné ces derniers jours"
Alors que l'on annonce une restructuration en ...Europe.

"Le gouvernement a pris les bonnes décisions. Le capital à risque..est du capital que l'on place avec du risque"

De nouveau, amalgame manipulateur. Les actionnaires lésés de Fortis ne demandent pas à l'Etat de les indemniser de la chute du cours jusqu'à 5.4 €, mais bien des décisions absurdes qui ont mené l'action à 0.88 €

"L'UE a pris ds mesures concertés qui montrent à quel point cette institution est forte"

Faudrait relire la presse alors. Les pays-Bas ont montré leur solidarité avec la Belgique. Les montants garantis sont-ils les mêmes partout? Solidarité vis à vis du Luxembourg accusé de paradis fiscal? Mesures prises pour sauver les banques? Il n'ya même pas eu de cohérence pour les 4 banques belges, c'est dire.


Dommage que le journaliste n'ait pas rectifié!

vendredi 31 octobre 2008

L'inflation ralentit, la BCE peut baisser son taux

Puisque la BCE persiste à ne vouloir surveiller que l'inflation!

Spam original: anticrise

Stock Index is constantly on the course down, many solid banks are on the edge of bankruptcy, Wall Street is down in panic, WHAT SHALL WE DO?!!!Just keep in mind that emotional stress would not help your health and take an antidepressant from our store, now twice as cheap as in any other one.


P.S And let the crisis help himself!


PS2: Oui j'ai supprimé le lien :-)

jeudi 30 octobre 2008

La Flandre compte plus d'emplois publics que la Wallonie

Le Grand Barnum nous avertit: La Flandre compte plus d'emplois publics que la Wallonie

En Belgique, une personne active sur trois occupe un emploi directement ou indirectement rétribué par l'Etat, ce qui représente 36,7 pc de la population active en Wallonie, 30,2 pc en Flandre.
La Wallonie compte beaucoup plus de personnes travaillant dans les services publics que la Flandre, mais en calculant le ratio sur base de la population totale, le rapport s'inverse:
Bruxelles réalise un score particulièrement bas et en 2007, un Flamand sur 10 (10,08 pc) travaillait dans le public tandis qu'en Wallonie, la proportion est de 9,94 pc, soit légèrement inférieure. A Bruxelles, la proportion ne s'élève qu'à 7,83 pc.

Corrélation n'est pas cause à effet.

Pas nécessairement.


Il est tout de même étonnant que les pourcentages de personnes travaillant dans les services publics soient corrélés au pourcentage du nombre de personnes actives. C'est clair à Bruxelles en tout cas.

Tentatives d'explications:

1. Avec une population active plus importante, on a plus d'argent pour payer des fonctionnaires. Mais quand on sait que les fonctionnaires de Flandres sont, selon les fonctionnaires de Bruxelles mieux payés, l'argument n'est peut-être pas pertinent.

2. Une activité économique engendre un besoin supplémentaire de fonctionnaires. Peut-être.

3. La structure de la population? Pas sûr: si la Flandre est plus âgées, ce n'est pas le cas à Bruxelles

4. Ou bien la Flandre favorise plus l'emploi des fonctionnaires que la Wallonie et surtout Bruxelles?

Mais d'où vient alors cette impression contraire que la Wallonie compte plus d'emplois publics?


Du rapport initial, je ne peux m'empêcher de reprendre la conclusion

"Aangezien 31% van de werknemers bij de overheid ouder is dan 50 jaar en binnen de 15 jaar op pensioen gaat, is dit een enorme opportuniteit om het personeelsbestand bij de overheid te optimaliseren.
Het goede nieuws is natuurlijk ook dat heel wat Europese regio’s aantonen dat een lagere
publieke tewerkstelling te verzoenen is met een hoge welvaart en een hoge levensstandaard.".

Les actions Fortis: dans le sac jaune ou dans le sac blanc

Ce midi, à un déjeuner de service club, on me demandait (à l'économiste de service...) s'il fallait mettre les actions Fortis dans le sac jaune ou le sac blanc.

Je suis assez fier de ma réponse:

A la déchetterie, parce qu'elles sont constituées par des "produits toxiques".

On s'amuse comme on peut :-)

Les banques centrales peuvent-elles gérer la crise?

Nous avions fait état du billet sur economiques.eu sur la difficulté des banques centrales de prendre les bonnes décisions au bon moment.

Pour la FED, c'est en tout cas assez clair. A 1 %, le taux ne peut plus descendre énormément. Bien que l'on ait vu au Japon et en Suisse des taux d'intérêt négatifs. Ce qui n'est pas nécessairement absurde, cela encourage la consommation.
De plus la FED devra être très prudente. Si l'économie reprend, elle devra réagir très vite pour éviter une inflation importante et peut-être une nouvelle bulle spéculative.

La BCE a plus de marge de manoeuvre, écrit l'Echo dans son éditorial. C'est vrai que la BCE avait augmenté ses taux en juillet avant de prendre connaisance des chiffres de la quantité de monnaie...

Le problème du taux, c'est qu'une baisse peut avoir une série de conséquences:
1. Elle peut, si les banques et les agents économiques suivent, influencer la consommation et l'investissement.
2. Elle peut relancer l'inflation.
3. Elle peut dégrader la balance des paiements
4. Elle peut favoriser une bulle spéculative (si c'est l'immobilier, il y a un effet positif, en tout cas à court terme), si ce sont des actifs non productifs comme l'or, pas (peu) d'effet sur l'économie, si ce sont les matières premières, effet négatif.
5. Elle peut avoir un effet négatif sur le cours de change.

Il est donc primordial que les banques centrales et les Etats utilisent d'autres outils. Sachant que certains, comme les déficits publics, sont "interdits" par les critères de convergence de l'Euro.

Nous verrons ce que l'UE proposera en fin novembre.

La France se lancerait dans les "subprime"?

En France, et aussi en Belgique, les prêts sont accordés en fonction de la capacité de remboursement de l'emprunteur, plus qu'en fonction de la valeur de la maison.

Cette " sécurité va de pair avec une forme d'exclusion" déplore Valérie Plagnol, l'un des auteurs du rapport du CAE (source Capital.fr)

Capital rapelle judicieusement "Dans la même famille, le crédit hypothécaire rechargeable qui permet de réutiliser une hypothèque pour garantir un nouvel emprunt devait doper la consommation. Ce dispositif, lancé en 2006, n'a pas eu le succès escompté. Il était porté à l'époque par un ministre des Finances nommé… Nicolas Sarkozy."

Comme quoi, il est facile de critiquer...


Lorsque cette crise sera passée, il me semble utile de faire une vraie analyse du système etatsunien. En effet, deux optiques assez opposées:

1. En Europe (je suppose certains pays), les règles sont tellement strictes que le risque de défaillance est minime. (si quelqu'un a les chiffres...)

2. Aux Etats Unis, les règles permettent à plus de personnes d'accéder à la propriété.

Le choix est donc:

1. Le consommateur doit être protégé contre lui-même. Il n'est pas capable d'évaluer sa capacité de remboursement.

2. Tout le monde droit de devenir propriétaire, même ceux qui sont moins privilégiés.

C'est vrai que l'actualité nous démontre les limites et même les dérives du système américain. Il faudrait mettre en parallèle les limites du système "européen".

D'une part des Européens qui auraient pu devenir propriétaires sans problème et qui ne le peuvent pas, d'autre part des Etatsuniens qui perdent leur maison.

Peut-être le système idéal est-il à mi-chemin entre les deux?

Car quand on voit l'argent englouti dans les logements sociaux, je me demande si une formule d'aide à l'accès à la propriété ne serait pas une bonne chose, ce qui est l'objectif de la réforme de la déduction des prêts hypothécaires pour habitation unique, ou encore le système mis en place par la commune d'Etterbeek de bail emphytéotique.


Il est peut-être nécessaire d'aller plus loin dans ces formules.

mercredi 29 octobre 2008

Fortis:augmentation de capital

"Le dénominateur a évolué suite à une augmentation de capital qui a eu lieu le 16 octobre 2008 dans le cadre de l'exercice d'options octroyées en 2003 au personnel (61.751 actions nouvelles)."
Source: communiqué de presse de Fortis.

Ce serait tout de même très cynique de se demander si le personnel saute de joie.

Surtout que ces actions Fortis n'auront pas le fameux coupon 42 !

mardi 28 octobre 2008

Dans KBC, l'Etat s'en sort bien

Update: voir les commentaires, je ne suis plus tellement sûr que l'Etat s'en sorte si bien!




Les nouvelles actions (il s'agit en l'occurrence des "titres de créance") seront émises au prix moyen des trois dernières séances boursières, soit 29,50 euros, et pourront être remboursées soit en cash, soit en actions ordinaires. Elle donneront droit à un coupon annuel qui sera le montant le plus élevé entre 2,51 euros par titre (correspondant à un taux d'intérêt de 8,5%) et 105% du dividende payé sur les actions ordinaires pour 2008, 110% pour 2009 et 115% pour 2010, a indiqué André Bergen

Minimum 8.5 %!

Ou bien est-ce 0 dans le cas où aucun coupon n'est versé?
Dans ce cas, KBC a intérêt à ne distribuer aucun coupon pendant 3 ans.

Dans ce cas, l'Etat ne percevrait que la plus value (échange contre des actions ordinaires et ensuite revente en bourse)

Curieux de voir la réaction des actionnaires de la KBC, surtout que ce sont de "gros" actionnaires.

Le prix des maisons aux USA, chute suite aux subprimes?

Une info lue sur le site de l'Echo:
"Le prix médian de vente s'est établi à 218.400 dollars, en recul de 0,9% par rapport au mois précédent et de 9,1% sur un an."

Bien sûr, il s'agit des logements neufs, mais on peut estimer sans gros risque de se tromper que les ventes de maisons existantes suit peu ou prou la même tendance.

C'est cela "la chute vertigineuse des prix"?

Lorque l'on regarde les prix des maisons reprises par Fannie Mae et Freedy Mac, les conclusions sont encore plus étonnantes:

Il y a eu un maximum en avril 2007:225,3 % du prix du premier trimestre 91. Soit une augmentation moyenne de 4.3 % par an!

En août, cet indice était de 210,1 %, soit 7 % inférieur au maximum d'avril 2007.

Je m'étonne de ces chiffres qui semblent contredire tout ce qui a été dit...

"Le sauvetage des banques coûtera 100 euros par ménage par an" (presse)

Encore une désinformation reprise partiellement par l'Echo de la Libre qui, elle, nuance avec raison et justesse:

"En clair: l’Etat augmente sa dette en empruntant pour soutenir les institutions financières, mais en même temps, ses actifs augmentent."

Même si c'est oublier que l'Etat n'établit pas de "bilan" en partie double, cette remarque rappelle, mais de manière implicite, que l'Etat percevra des intérêts et/ou des dividendes qui viendront en déduction des intérêts payés.

De même, lors de la revente, l'Etat enregistrera une plus value.

Donc, ce nombre de 100 € par ménage est spécieux!

Notos par ailleurs, que cela représente 8 euros par mois sur un an...

BCE, FED: privé ou public?

Je reprends ici un billet paru sur economiques.eu: FED, BCE, privé ou public?



On a déjà beaucoup parlé des causes de la crise.

Certains accusent le système libéral (même le système capitaliste!), d'autres l'intervention de l'Etat.

Je me pose tout de même la question de savoir si les banques centrales sont du domaine privé ou public.

La FED a été créé près le traumatisme de 29, le FMI et la Banque mondiale ou la BRI après la deuxième guerre.

L'objectif était d'éviter les crises dues au "libéralisme sans contrôle".

Il est futile de se poser la question si cette politique était libérale ou socialiste. Les libéraux, je préfère dire les (néo)classiques croient à l'autorégulation du marche à condition que celui-ci soit (presque) parfait.

Mais quelle est la responsabilité des banques centrales dans la crise? Quand on comprend les difficultés des banques centrales d'anticiper les chocs, de comprendre les chocs et ensuite de prendre les bonnes décisions. Quand on sait ensuite les difficultés que ces décisions aient les effets escomptés, par exemple la baisse des taux qui doit relancer le crédit interbancaire. Quand on sait et comprend tout cela, on mesure le risque que les décisions soient prises à contre temps.
Voir par exemple le colloque international de la BNB ou les décisions de la BCE.

Une analyse de Fortis fait remonter les causes de la crise à la bulle technologique, au 11 septembre. Pour éviter un "credit crunch", la FED a baissé ses taux de manière que l'on peut juger aujourd'hui, d'inconsciente?

On peut alors se demander si la crise actuelle n'est pas due justement à cette tentative d'amortir le choc. Un peu comme un barrage de retenue des eaux qui aurait évité pendant 10 ans de petites inondations et qui aujourd'hui n'arrive plus à retenir les milliard de mètres cubes d'eau accumulés.

Avec le problème supplémentaire de l'alea moral. Un peu comme si tout le monde supprimait son propre petit barrage, sachant que l'Etat avait construit un super barrage.

Car, répétons-le, même si nous ne l'avons pas dit clairement, le taux d'intérêt, donnée essentielle du capitalisme, n'est pas déterminé par le marché, mais par les banques centrales.

Quel est peut-être l'enjeu?

1. Augmenter la régulation: cela ne peut se faire qu'en analysant si la régulation des banques centrales et des Etats n'a pas été pro cyclique. En se posant la question de savoir si cette régulation ne va pas ralentir le bien être.

2. Diminuer ou en tout cas revoir fondamentalement les mécanismes de contrôle. Et peut-être surtout accepter que le capitalisme ou le libéralisme doit pour augmenter le bien être passer par des moments difficiles. Et au lieu d'éviter, plutôt d'esayer désespérément d'éviter des petites crises, au prix de crises beaucoup plus désastreuses, accepter ces crises en aidant ceux qui en souffrent le plus.

C'est un choix extrêmement difficile. mais qui doit être fait consciemment.

lundi 27 octobre 2008

Vae victis: malheur aux vaincus: Fortis, Islande, et autres?

Malheur aux vaincus.

L'homo economicus est une évolution lente, très lente.

Il est d'une ingratitude énorme.

Il magnifie les "réussites"? pas vraiment. Il en devient jaloux. Jalousie par exemple vis à vis du succès de Microsoft ou de son voisin qui a réussi en achetant des actions et en les revendant au bon moment.

Soit.

Mais là où cela devient pathétique, c'est quand il jette le haro sur ceux qui échouent. Sans se poser la question si la décision était la bonne au moment où elle avait été prise.

Le cas Fortis me semble être celui-là. Fortis s'était élevé à un niveau international, grâce au dynamisme de ses dirigeants et de ses employés. D'une "petite banque belgo belge", Fortis était devenue une banque européenne et même plus.

Ils ont échoué.

Il faudrait encore évaluer pourquoi.

Et il ne sera pas honnête de jeter la faute sur les dirigeants et d'en exonérer ceux de Dxia, d'Ethias, de KBC et de bien d'autres banques en Belgique ou à l'étranger.

En tant qu'actionnaire de Fortis, je n'en veux pas à ses dirigeants et ce pour plusieurs raisons:

1. Je n'ai pas assisté aux AG où j'aurais pu faire entendre ma voix.
2. Je n'ai pas demandé la convocation d'une AG extraordinaire après l'augmentation de capital de Ping An
3. J'ai souscrit en partie à l'augmentation de capital pour ABN AMRO
4. J'ai fait confiance en Fortis qui a pris des risques, au contraire d'autres entreprises dont la molesse est dommageable pour les clients (Belgacom par exemple).

En tant qu'actionnaire de Fortis, j'en veux au gouvernement qui s'est laissé avoir par les Pays Bas, par la BNP.

Mais je ne tomberai pas dans le travers facile de critiquer bêtement.

Lire aussi:Le Grand Barnum: Le coup de jarnac, à la hollandaise

L'euro sous 1,24 dollar : un plus bas depuis avril 2006

La BCE ne sait plus que faire.

Lorsque la quantité de monnaie (M3) diminuait en juin, elle a augmenté son taux d'intérêt en juillet. Alors que la crise financière montrait son nez, elle a maintenu son taux.

Et puis, elle a bien été obligée de le baisser, alors que l'Euro baissait.

Cette baisse du taux d'intérêt a comme conséquence une baisse de l'euro vis à vis du dollar.

Soyons juste, ce n'est pas la seule raison: on s'attend à une récession plus longue en Europe qu'aux USA.

Mais peut-être parce que le marché a compris que la BCE faisait de l'inflation son "premier" objectif et que les autres objectifs ne peuvent se faire "au détriment" de l'objectif d'inflation.

Il serait peut-être temps que la BCE comprenne qu'une inflation de 5 ou 6 %, même si elle n'est pas souhaitable, n'a rien à voir avec l'hyperinflation de l'Allemagne (3.000.000 %). Entre 5 et 3.000.000, on a de la marge!


PS: Je n'ai évidemment pas comparé avec le Zimbabwe qui avait pris une mesure radicale: diviser son ancienne monnaie par 10.000.000.000 ...
Ce qui rend les comparaisons ... difficiles:
"Le 1er août 2008, la Banque centrale du Zimbabwe a supprimé 10 zéros de sa monnaie. Le nouveau dollar, code ISO "ZWR" a été introduit sur la base d'un ZWR = 10 milliards de ZWD.
Les rétrospectives sur le site avant le 1er août 2008 ne seront pas recalculés en ZWR, car il est impossible de diviser les cours par 10 milliards."
L'inflation est estimée à 531 milliards de %. Ce qui ne représente plus grand chose, sauf quand on se rend compte que cela signifie un triplement des prix chaque semaine. Un site montre l'augmentation en temps réel d'une bouteille de bière, mais je ne sais pas le taux d'inflation qui est utilisé.

dimanche 26 octobre 2008

BFM aurait-il une chance au CSA?

Comme je l'écrivais, la décision de refuser à BFM de continuer à émettre pouvait être soupçonnée d'avoit été guidée par des motifs politiques.

La Libre nous apprend que le CSA a retiré ses décisions concernant le plan de fréquences, suite à un avis du Conseil d'Etat.

Affaire à suivre.

mardi 21 octobre 2008

Une faillite il y a dix ans, pas bon pour le personnel

Relevé dans l'Echo


La faillite de Donaldson a été déclarée


"Concrètement, la société Key Winner Industrial Limited, basée à Hong-Kong, avait présenté au tribunal toutes les garanties nécessaires pour lever le concordat, mais dans la dernière ligne droite, alors que déclarations d’intention devaient être signées, le Procureur du roi de Bruxelles a fait interrompre les opérations invoquant une condamnation du représentant belge de Key Winners Industrial pour banqueroute frauduleuse en Belgique il y a une dizaine d’années."


Soit le Procureur du Roi savait autre chose, et qu'il le dise, soit la raison invoquée nous semble un peu légère.

Cyberclasses

Comme le rappelle Le Grand Barnum dans son billet sur L'informatique wallonne,
le projet Cyberclasses est un vieux projet ...qui vient de démarrer.

Soucieux de l'objectivité (l'exiger de la part des autres implique un lourd devoir), j'ai été jeter un coup d'oeil sur le site de Cyberclasses, espérant y trouver des informations utiles.

Tout ce que l'on peut y apprendre, c'est que des "écoles pilotes" ont été équipées. 5 au 14 octobre pour être précis.

J'ai ensuite (vainement) cherché un planning évaluant la fin des installations...

Peut-être est-ce une information confidentielle?

Ethias n’est plus une mutuelle

Ethias devient une société anonyme nous apprend Le Soir.

Curieux d'entendre le camarade Elio là-dessus.

Petits rappels (venant du site d'Ethias)

"Un assureur mutualiste

Une association d'assurances mutuelles est une association de personnes qui conviennent de s'assurer mutuellement et de répartir entre elles la charge des sinistres subis. A cet effet, elles constituent un fonds alimenté par leurs cotisations. Dans cette formule, chacun est en même temps assureur et assuré, il n'y a pas de capital social et donc pas d'actionnaire à rémunérer"

Donc Ethias est en difficulté.

"Preuve du mutualisme débridé?"

Je n'aurai pas l'indécence (ou la bêtise?) de réagir aussi bêtement que ne l'a fait le camarade Elio...

210 millions de chômeurs en 2009 ou comment manipuler les chiffres.

L'article dans l'Echo a bien entendu retenu toute notre attention.

Surtout son titre!

Mais, bien sûr, le titre est fait pour attirer le lecteur qui ne manquera pas de lire attentivement l'article pour en retirer les éléments principaux.

210 millions, c'est énorme. Dix fois la population de la Belgique. La catastrophe est de taille.


Dans l'article (qui reprend le communiqué de presse), on lit aussi:
"le nombre de chômeurs (dans le monde, ndlr) pourrait passer de 190 millions en 2007 à 210 millions fin 2009", a indiqué le directeur général du BIT Juan Somavia."

Cela relativise déjà pas mal. Le nombre de chômeurs augmente de 10 %. Avec tous les oiseaux de mauvaise augure qui nous annoncent une crise apocalyptique, une augmentation de 10 % est, certes négative, mais sans commune mesure avec ce que le titre laissait présager.

Bon, mais on est combien sur terre? 7 milliards? 210 millions sur 7 milliards, cela fait? 3 %...
Mais en fait, il faut comparer au nombre de personnes en âge de travailler. Ce nombre est estimé par le BIT à 3 milliards.


210 millions, sur 3 milliards, cela fait 7 %. 190 millions, cela fait 6.3 %.

Bien sûr le titre "Le taux de chômage mondial risque de passer de 6,3 % à 7 %" n'aurait pas vraiment attiré les foules...

A la lecture du rapport "Tendances mondiales de l’emploi 2008" du BIT, on se rend compte que la situation en 2008 n'était déjà pas euphorique: 5 millions de chômeurs supplémentaires étaient prévus en 2008 (rapport d'avril 2008).

De plus, on peut lire dans ce même rapport qu'en 2007, malgré une création nette de 45 millions d'emplois, le taux de chômage a stagné. la raison? Elle est simple, la population en âge de travailler augmente plus vite que la création d'emplois.

On peut lire aussi que le BIT détermine le taux de chômage en Belgique à 7 % en 2007. La catastrophe est donc que le taux de chômage dans le monde va devenir aussi mauvais que le taux de chômage en Belgique?

Résumons:
1. Le nombre de chômeurs risque d'augmenter en 2009.
2. La taux de chômage risque de passer de 6,3 % à 7 %
3. Malgré une création de 25 millions d'emplois, le chômage augmentera dans le monde de 10%
4. Le taux de chômage mondial risque d'atteindre celui de la Belgique en 2009.

Tous des titres possibles. Mais lequel fera lire?

lundi 20 octobre 2008

Fortis; volume record

En une semaine (mardi à lundi), environ 17% des actions "ont changé de mains".

Entre guillemets, car les volumes échangés ont peut-être fait un aller retour.

cela fait tout de même environ 400.000.000 titres, et (estimation) environ 80.000 ordres de vente.

Il faudra voir demain mardi, puisque les cours des 5 premiers jours sont importants pour la "valorisation" du "bonus" de l'Etat pour les petits actionnaires de Fortis.

La BCE "efforts extraordinaire pour soutenir les banques"

Jean-Claude Trichet, saluant les "efforts extraordinaires" faits par la BCE pour soutenir les banques.


Nous sommes tout de même étonnés de lire de telle déclarations.
Nous avions déjà à plusieurs reprises signalé que la réaction de la BCE était inadaptée à la situation.
Un article de fond montrait d'ailleurs l'absurdité de la hausse des taux de la BCE de début juillet.

Alors que certains "prennent leurs responsabilités" , même s'ils ne se sentent pas responsables, d'autres ne reconnaissent pas leurs erreurs.

Même si la politique monétaire des banques centrales est difficile à réaliser!

BFM, c'est bien fini

Le CSA a annoncé officiellement la nouvelle.

Espérons que BFM renaîtra de ses cendres, nous en avons besoin!

dimanche 19 octobre 2008

BHV

BHV, on en parle beaucoup moins pour l'instant.


Je suis tombé, grâce au Grand Barnum, sur le blog Vlaamse Web Ring Blog, sur la "vision wallone de BHV" .

Notons que la vision d'Elio Di Rupo est assimilée à la version "wallone", et plus particulièrement, son "document pédagogique"

Nous avons déjà écrit ici sur la manière dont le camarade Elio pouvait simplifier l'origine de la crise, et avons relayé une analyse de son opuscule "Etre socialiste aujourd'hui".
Donc, je ne crois pas que la vision "wallone" puisse se résumer à ce qu'écrit Di Rupo...

Soit.

L'auteur se décrit comme "Als overtuigde Vlaming" et le choix des couleurs jaune et noire ne sont certainement pas un hasard ou une négligence.

Son argumentaire est clair:

1. Bruxelles était flamande il y a deux cents ans. Donc doit redevenir flamande.

Ben oui. Et aux USA il faut parler Chiroquois ou espagnol?
L'argument ne tient pas.

2. Il n'est pas normal que les Flamands aient des difficultés pour se faire soigner dans leur propre langue à Bruxelles.

C'est vrai. Comme l'habitant de Crainem doit pouvoir parler français à son administration communale.

3. La francisation du Brabant flamand continue

Et alors? Plutôt que de forcer les gens à parler une langue, donnons-leur envie de parler cette langue. Oblige-t-on les commerçants à la Côte à parler français? C'est le contraire: on essaye de le leur interdire!
C'est comme si l'on interdisait au Romains de parler anglais.
Frustration flamande. Ils n'arrivent pas à donner envie de parler leur langue, alors ils essayent la coercition.

4. Bruxelles est bilingue, Zaventem unilingue flamande.

Bruxelles bilingue? La loi a défini le bilinguisme à Bruxelles, mais les faits sont très différents.
Bien des études ont été faites, mais les Flamands ont toujours refusé un réel recensement linguistique. Mais l'étude de Rudi Janssens montre très clairement la prédominance incontestable du français.

5. La loi a défini l'emploi des langues.

Et là nous sommes au centre du débat.
La loi doit normalement protéger les plus faibles.
Et les Flamands se sonsidèrent donc comme "colonisés", ils doivent "se battre

Quelques morceaux choisis:
"de nadelen die de Vlaamse burgers ondervinden van de inwijking van de rijke Brusselse burgers"

"de autochtone Vlaamse burgers uit hun leefmilieu wegdrukken"

"Slechts in 70,9% van de Vlaams-Brabantse gezinnen met een kind geboren in 2004 gebeurt de communicatie in het Nederlands"

La loi doit-elle imposer une langue? De quel droit? Le droit du plus fort puisque les Flamands sont majoritaires au Parlement?

Je ne ferai pas la même erreur en croyant que VWR représente la "vision flamande" de BHV.

Il y a d'autres arguments que je comprends aussi (et peut-être mieux):

1. Les transferts Nord Sud pas bien utilisés.

Le sentiment flamand est que l'argent qui est transféré est mal utilisé. Il faut bien reconnaître qu'il n'y a pas que les Flamands qui se posent ces questions, loin de là.

rappelons tout de même que les transferts ont eu lieu vers la Flandre pendant longtemps et que dans le futur cela risque d'être de nouveau le cas.

2. La différence de culture est importante.

Cela semble être un truisme à première vue. Mais qu'est un Flamand? Quelqu'un qui habite en Flandres? Et tous les francophones qui habitent en flandres? Et tous les Flamands qui habitent en Wallonie? Et les couples mixtes linguistiquement? Et les Bruxellois?

3. Une diférence de traitement entre électeurs?

Et le fait que les Flamands soient surreprésentés à Bruxelles? C'est juste?

Conclusions:

Il serait temps de "repartir de zéro".

D'oublier pour un temps toutes les frustrations. Et de chercher une solution qui satisfasse tout le monde.

Sinon, nous allons assister à de belles bagarres. Et Bruxelles devrait alors prendre ses distances d'avec la Flandre et peut-être avec la Wallonie.

Le pouvoir d'achat augmente, arrêtez les grèves

A en croire la BBC, relayée par Lalibre, les prix ont diminué à Bruxelles de 6%.

C'est une belle augmentation du pouvoir d'achat, non?

vendredi 17 octobre 2008

Le Grand Barnum: CBFA: "Répondez à la question !"

Après le ridicule sur le retebe (voir:Le Grand Barnum: CBFA: "Répondez à la question !")

voilà France 2 qui s'y met.

Je ne regrette pas un jour de ne pas avoir de télé.

Cela me révolte.

Bande de petits charognards mal dans leur peau.

Ma sympathie à Rachida.

Le baril de pétrole sous les 70 dollars à New York

Selon l'Echo

"Les cours ont chuté après l'annonce d'une progression des réserves américaines de brut,"

"Le baril a perdu plus de la moitié de sa valeur depuis ses records atteints le 11 juillet à 147 dollars"


Bon, puisque le journaliste a la flemme, je l'aide un peu:

1. Le prix du pétrole revient à son niveau d'août 2007, moment où la hausse de la demande avait fait exploser son prix de manière rapide"

2. Le pétrole coûte maintenant 70 dollars, soit 58 €. En août 2007, il était à 51 €

3. Rappelons que le pétrole est non renouvelable et que même si les plus optimistes considèrent que les réserves couvrent encore 50 ans, cela veut dire que si l'on ne fait rien, nos enfants l'auront dans l'os. il est donc urgent de réagir.

Merci echocynique.

Le Grand Barnum: Pétition en faveur d’un service minimum garanti

Le Grand Barnum: Pétition en faveur d’un service minimum garanti

Me semble indispensable de signer.

Bien que comme je le disais, quand il y a grève, je prends ma voiture (parce que je suis plein aux as) et je me dis chaque fois que je dervais oublier mes principes de respect de la terre: la voiture c'est tellement facile (ma voiture, elle fait jamais grève)

Sixième jour de détente consécutive sur le marché interbancaire

Selon l'Echo

Si la crise continue, ce ne sera plus à cause des banques.

Il faudra trouver autre chose.

Le prix du pétrole?
L'écroulement de la tour Martini?
Leterme hospitalisé?
Un Tsunami?

Je suis confiant, le bon peuple aura un bouc émissaire.

Et si on lui expliquait simplement que les cycles économiques ont toujours eu lieu. Même la Bible parle des vaches maigres.

En tout cas, mon fermier, lui il le sait.

BFM, c'est bien fini

C'est confirmé.

Encore un moyen d'infomration qui disparaît.

Il y en a qui ont intérêt à ce que n'importe quelle bêtise puisse être dite.

Elio Di Rupo et l'économie

Pour Elio, tout est d'une simplicité étonnante:

"Lehman Brothers, l’un des géants de Wall Street dont la chute a provoqué le cataclysme boursier que l’on sait"

Merci Elio, j'ai enfin compris

jeudi 16 octobre 2008

La belgique, le troisième pays le plus taxé.

L'OCDE montre que dans l'ordre:
1. Danemark
2. Suède
3. Belgique


On devrait être content, non?

Pour une fois que nous sommes 3èmes! Mieux que les JO.

C'est qui qui dit que la Blegique est "néo-libérale?"

Et on augmente encore notre ratio: + 1%...

44.4 % du PIB?
Comme les USA sont à 28.3 %, c'est dire si la situation doit être catastrophique là-bas.
La Belgique peut tout de même se targuer d'un IDH (Indice de développement humain) de 0,939. 4ème place!

Oui, mais les USA sont 6 ème avec un IDH de 0,939... Pas de chance.

Bon, je ne désespère pas. je me dis que je vais bien trouver un argument, non amais!

L'efficience des dépenses de l'Etat.


La Suède est 3 ème. Le Danemark n'est pas repris dans ce tableau synthétique, mais une extrapolation rapide confirme qu'il doit être premier ou deuxième. En concurrence avec le Luxembourg.

La Belgique? Elle est 15 ème. Les USA doivent être dans les 30, 35?

Et bien non, les USA sont juste avant la Belgique!

Vraiment pas de chance

mardi 14 octobre 2008

reprise de la cotation Fortis

Pas très respectueux de l'actionnaire.
Du "petit" actionnaire.

Communiqué de presse à 8 heures. Reprise à 11.00.

Cela revenait-il à 5 heures?

Si on avait repris la cotation demain, les actionnaires auraient eu le temps de s'informer.

Euronext, CBFA: ces gens réfléchissent-ils?

lundi 13 octobre 2008

Le Grand Barnum: Un système (financier) belge ?

On a évité le modèle belge. Il est décrit ici:
Le Grand Barnum: Un système (financier) belge ?

Réponse de l'Eurogroupe à Paris : une solution qui s'inspire des mesures belges

Réponse de l'Eurogroupe à Paris : une solution qui s'inspire des mesures belges,

C'est ce qu'affirme en tout cas le site du MR.

On va assister à une révolution du paysage financier: la France va nationaliser BNP et la revendre pour presque rien à l'Allemagne, la Grande Bretagne va mettre au point un système pour indemniser les actionnaires, en déduisant les intérêts, les coyages d la Reine, etc.

Heureusement, il n'en est rien.

L'Eurogroupe a été un peu plus intelligent que ça.

Allez Didier, arrête de te faire mousser!

Bonne nouvelle, Val Saint Lambert redémarre

C'est fait.
Espérons que cela portera ses fruits!

Fortis definition du petit actionnaire

Lire aussi l'analyse du communiqué de l'Etat belge concernant Fortis.

Lorsque que l'Etat belge a émis son communiqué concernant le warrant pour les "petits" actionnaires, il est apparu difficile de définir le "petit" actionnaire.

Nous allons donner quelques pistes. Peut-être est-il encore temps?

1. Critères objectifs et incontestables:

1.1. La taille: "Est un petit actionnaire celui dont la taille au 10/10/2008 ne dépasse pas 1,5 m, de la plante des pieds au sommet de la tête nue, chevelure non comprise"
C'est un critère objectif, sans contestation possible.
Mais comme tout critère objectif, il sera refusé car discriminatoire.

1.2. Le lieu d'habitation: "Est considéré comme petit actionnaire, toute personne habitant au 10/10/2008 un quartier ayant été considéré comme quartier pauvre lors de la dernière étude en 1990".
C'est vrai, c'est absurde comme critère. Il ne peut servir que comme critère dans l'enseignement, là personne ne le trouve absurde.

1.3. Les revenus de l'année précédente: "Est considéré comme petit actionnaire celui dont les revenus ne dépassent pas le montant exorbitant de 30.000 € par an, brut".
Puisque c'est le montant à partir duquel on paye le taux marginal le plus élevé, c'est que ce salaire est exorbitant.
L'avantage de ce critère est que l'Etat fera des économies. Par définition la propension à investir en actions augmente avec le revenu disponible et donc peut-être que seuls 30 ou 40 % des actionnaires rempliront cette condition.

1.4. Uniquement les allocataires sociaux: Ici, c'est simplement se rendre compte que l'Etat est là pour ponctionner les "riches" et redistribuer la richesse aux personnes qui en ont besoin. Tout comme les réductions pour les crèches, les réductions d'impôts, les réductions pour la culture, ...; que l'Etat aide uniquement les allocataires sociaux. C'est son rôle.
Avanatage pour l'Etat: il fait bonne figure vis à vis de ce groupe et cela ne lui coûtera presque rien. "Presque" parce que l'on serait étonné du ombre d'allocataires sociaux qui ont un portefeuille (d'actions) bien garnis.

1.5. On distribue 1 milliard de warrants. Pour respecter l'égalité, ces warrant sont distribués en échange de coupons à partir du 18/10/2008 au Ministère des Finances.
On a déjà prévu l'accueil des plus courageux à partir du 13/10.
Oui je sais, c'est absurde aussi. Pourtant une ministre a appliqué cette idée. Je vous assure.

1.6. Les personnes s'inscrivent sur une liste. Ensuite on tire au sort un numéro. Sept méthodes différentes pourront être utilisées au choix du fonctionnaire: soit on distribue les warrants dans l'ordre croissant des numéros, soit dans l'ordre décroissant, soit en prenant un numéro sur 18, ...
L'avantage est que la méthode existe déjà et est décrite en 28 pages dans la note d'application du décret mixité.
Le premier qui dit que c'est absurde va avoir à faire avec le ministre Dupont!

1.7. Le niveau d'étude: comme il est clair que toute personne sensée aurait dû comprendre qu'il n'y a qu'en Belgique que l'on décide de vendre une de ses plus grandes banques à l'étranger, tout en prenant des participations dans une banque étrangère (et il paraît que ce modèle va être suivi), il fallait avoir un niveau d'instruction très faible pour faire confiance à l'Etat. Donc seuls ceux qui ont au maximum un diplôme d'humanités inférieures peut recevoir ces warrants.
Me semble un excellent critère.

1.8. Critères de date
On va d'abord choisir une date à laquelle il fallait être actionnaire. Cela éliminera une partie de ceux-ci. Mais quelle date retenir? Le 1/1? Arbitraire. Le 6 août? Très bonne date. Et hautement symbolique. Surtout pour un quinquagénaire. Mais d'autres seraient jaloux. 21/9/2007, date à laquelle le prix de l'augmentation de capital a été fixé? Pourquoi pas. On pourrait aussi prendre la date de l'annonce de la reprise d'ABN AMRO, ou l'augmentation de capital pour faire entre Ping An, ou la dernière AG...les dates objectives ne manquent pas.

2. Critères subjectifs
2.1. Critères de date
Il faut choisir une date où le cours n'est pas trop élevé puisque ce cours déterminera, selon un système très compliqué, le maximum que l'actionnaire recevra. Il faut donner l'impression de rigueur, donc un début ou une fin de mois. On a choisi le début des vacances. Pourquoi pas.

2.2. Nombre d'actions
1.000? 10.000? 2.347?
Le nombre en soi n'est pas très important. C'est de toutes façons de l'arbitraire pur.
Prenons, un nombre au hasard. 5.000? Pourquoi pas.
5.000 actions achetée par un jeune de 30 ans, au cours le plus haut de 30 Euros, pour diversifier son portefeuille (10 % en actions financières, dont le 1/4 en Fortis). Ce jeune homme a donc investi 150.000 Euros en Fortis, et 6.000.000 € au total dans son portefeuille d'actions. Petit?

5.000 actions achetées par un pensionné. Il avait une assurance groupe qui est échue en juillet 2008. Il a investi, confiant qu'il était dans notre banque (presque) belge la moitié de son capital. Son capital est donc de 100.000 euros, 50.000 investis dans Fortis. Ces 100.000 euros représentent, outre la part patronale, les 30 € qu'il a investis chaque mois, en bon citoyen, pour assurer ses vieux jours. Grand actionnaire?

En deux exemple, extrêmes, on mesure l'absurdité de ce critère.

2.3. Critère de nationalité
Eliminons les étrangers (non européens s'entend, sinon on peut pas). C'est vrai que c'est une indemnisation par rapport au préjudice que l'Etat a fait subir à tous les actionnaires. Mais les étrangers ne votent pas. Pardon, les étrangers qui vivent en Belgique votent? Bon, cela s'applique à eux aussi.

2.4. Type de personnes
Seules les personnes physiques.
Donc pas les SICAVS, les fonds de pension, les asbl, les fondations, les clubs d'investissement?...
Je me demande d'ailleurs si le détenteur d'une SICAV n'est pas le propriétaire des actions (proportionnellement à son nombre de parts) de la SICAV...
Cela veut-il dire que les détenteurs de SICAVs sont de vils spéculateurs?


Redevenons sérieux....

La solution toute simple? Equitable? Honnête?

Quoi, elle existe?

Mais oui: Fortis Holding reçoit les actions que le gouvernement a acquises en échage d'une émission d'actions. Point. C'est tout.

Aussi simple que cela?

Mais trop simple sans doute?


Lire aussi:Collateral: La Belgique invente l'actionnariat à géométrie variable!!

dimanche 12 octobre 2008

Fortis: comment l'Etat prend des décisions pour le moins étonnantes

Lire aussi une analyse du communiqué de l'Etat belge sur son intervention pour les actionnaires de Fortis.


Quelques liens à la fin du billet
update 12/10 à 17.10: Il est clair qu'une action de Deminor/Test Achats s'impose.
Selon l'Echo, (update à la lecture du communiqué)
1. les personnes physiques, et elles seules, pourront demander un bon de réduction une part du fonds( j'avais copié collé le site de l'Echo!) pour un maximum de 5.000 actions.
2. l’actionnaire devra apporter la preuve qu’il avait l’action en sa possession au 1er juillet 2008.
3. Chaque titulaire d’un coupon recevra le 1er juillet 2014 (...)la différence entre 10 euros et la moyenne des cours de clôture des 5 premiers jours à partir de la reprise de la cotation au maximum. Au minimum ce sera ...0

Concernant le point 1/
Ok pour les personnes physiques, encore que je me pose encore la question de savoir pourquoi cette discrimination. Qu'en est-il des clubs d'investissement? Qu'en est-il des SICAV?, Qu'en est-il des ASBL ou des fonds à but social?
"petits" 5.000 actions? Et ceux qui ont placé leur assurance groupe quand l'action était à 10 €? 50.000 €, est-ce une fortune?

Quant au point 2, cela me sidère. On pénalise ceux qui ont voulu aider Fortis an consolidant leur portefeuille. On favorise ceux qui ont précipité la chute en vendant leurs actions en panique. Il faut aussi prouver que l'on possédait encore les actions au 3/10

Et pour le point 3, c'est le délire. Parce que les actionnaires actuels ont tout avantage à vendre leurs actions, quitte à faire baisser le cours en dessous de 10 cents, puisque ce qu'ils perdent en vendant, ils le récupèrent dans le fond. De plus, cette valeur maximum est diminuée entre autres des "moins values" que l'Etat enregistrerait dans le "véhicule" qui reprendra les actifs à risques. Mais en cas de plus value, rien!
De plus, c'est un placement extrêmement risqué qui s'apparente au reverse convertible: la perte est illimitée et le gain limité. Monsieur Reynders, avez-vous établi le "profil de risque" de ces actionnaires?

Revue de presse du lundi 13/10
"Le règlement de l'Etat est illégal" (Liste De Decker dans le Tijd)
"Le VEB demande un geste de l'Etat néerlandais vis à vis des actionnaires de Fortis" Dans le genre de celui de l'Etat belge, vu que l'Etat néerlandais a aussi spolié les actionnaires.(dans le Tijd)
"VFB: solution mauvaise et inacceptable" (dans le Tijd)
"Deminor et Test achats demandent plus de clarté" (dans l'Echo)

Bonne nouvelle: les actionnaires de Fortis aident le gouvernement à trouver 1 milliard pour le budget

Info à vérifier

Mais il semblerait que la plus value réalisée par l'Etat sur la vente de Fortis leur ai permis d'acter une rentrée de plus d'un milliard.

A vérifier je répète, donc si vous pouvez infirmer ou confirmer.

Pour ma part, cela me semble étonnant, car:

1. L'achat des actions Fortis s'est faite hors budget de l'Etat.
2. Les actions de BNP sont hors budget de l'Etat
3. La plus value n'est pas réalisée et l'Etat n'utilise pas de comptabilité en partie double

Donc, ce serait de l'intox?

Prix du petrole: l'OPEP n'est pas content

Pas encore dans l'Echo, je reprends le lien du Tijd alors :-)

L'Iran tire la sonnette d'alarme.

A un prix du pétrole aussi ridiculement bas, l'Iran craint que les investissements nécessaires ne soient pas réalisés.

L'OPEP a certainement engagé des économistes aussi brillants que Di Rupo ou Daerden.

Le prix du pétrole:

- est ridiculement bas si on le compare au record dernier.
- est catastrophiquement haut si on le compare à l'an passé (65.83 USD)
- a augmenté de 244 % en dix ans (source: le Monde)

Et il y a 4 mois "Le président de l'Opep, Chakib Khelil, accuse la spéculation et le bioéthanol d'être à l'origine de l'envolée des prix du brut et du gazole".

Alors, soyons clairs, quand le prix augmente, l'OPEP refuse d'augmenter sa production (mais le pouvait-elle?) au motif que l'offre était suffisante et que les prix élevés étaient dus à la spéculation.

Quand les prix diminuent, l'OPEP veut diminuer sa production.

Faudrait savoir.

L'Islande aura besoin du FMI

L'Echo nous apprend que l'Islande va faire appel au FMI.

Cela va-t-il redorer le blason du FMI qui avait des difficultés de rentabilité (de mémoire, je ne retrouve plus la source) et de crédibilité (de mémoire aussi, un "FMI du Sud" aurait même été créé).

Rappelons que le FMI prête aux Etats en difficulté, suite à un désastre (guerre, désastre naturel) ou lorsque celui-ci a un problème "sérieux" de balance des paiements.

Pour l'instant, le FMI prête à 65 pays. L'Islande serait dans cette liste, juste avant l'Irak dans l'ordre alphabétique.


Pour ceux dont la mémoire devrait être rafraichie, le FMI ne s'occupe que de la stabilité financière mondiale, tandis que la Banque mondiale a un rôle pour lutter contre la pauvreté ("with the IMF focusing on ensuring the stability of the international financial system and the World Bank concentrating on long-term economic development and poverty reduction."

Bon, la stabilité était plutôt comprise comme la stabilité des taux de change.

L'IMF sort tout de même des recommandations qui valent leur pesant de coupons-warrants-consolation-duperie-Fortis, par exemple:

"les autorités devront peut-être injecter des capitaux dans les institutions viables. Cela pourra se faire de diverses manières, mais il est préférable d’adopter une structure qui offre une marge de
gain aux contribuables et incite les actionnaires — existants et nouveaux — à apporter de nouveaux fonds."

Clairement: voyez le long terme, donc au delà de juin 2009. Sinon les "petits" actionnaires resteront en dehors de la bourse.

"Les pays dont les banques ont de gros engagements dans des actifs titrisés ou en difficultés pourraient envisager des mécanismes permettant à l’État de racheter des actifs ou de leur fournir un financement à long terme. Cela devrait donner plus de certitude quant à la santé des bilans"

Puisque c'est un problème de confiance, redonnons confiance.

"Un degré plus poussé d’appréciation dans l’application des règles d’évaluation
à la valeur de marché pourrait éviter une accélération des besoins de fonds
propres en diminuant la tendance à valoriser les actifs comme s’ils devaient
être bradés"

Valoriser les actifs à la valeur de marché a un sens si l'on considère que le marché est rationnel et va évaluer cette valeur de manière rationnelle.
Ce n'est pas le cas aujourd'hui. C'est un peu comme si on obligeait un agriculteur de valoriser sa production future de tomates à 10 cents le kilo parce qu'au marché de la place Bara, un collègue a liquidé ses tomates à ce prix en fin de marché.


Suis curieux de voir comment les marchés réagiront aux plans du G7 ou du G20.

Et comment la Bourse belge réagira au plan du G2 (le Premier et le Vice)